Après avoir savouré, comme il le mérite, l'humour de ce dessin, pourquoi ne pas se livrer à une petite analyse pédagogique de la situation qu'il présente ?
Tant il est vrai qu'on ne peut pas, ne pas être renvoyé à sa propre pratique devant l'attitude de "l'enseignant", plus blasé qu'agacé, répétant une règle mille fois énoncée, et surtout l'image du malheureux scribe, tellement criante de vérité, clone parfait par delà les siècles, de tant de nos élèves, dubitatifs face à des problèmes, en autres, d'orthographe.
Dès lors, les questions arrivent, pèle-mêle, accompagnées de constats plus ou moins amers :

1- A-t-on vraiment raison de rappeler la "règle", devant les difficultés de cet élève ?
2- Du reste, est-ce elle qui va résoudre son problème ? Si ce n'est pas le cas, comment l'aider autrement ?
3- Cette règle, à quoi sert-elle, et d'où vient-elle ?
4- Après tout, faut-il vraiment l'appliquer — et donc l'enseigner —ou la mettre à la poubelle ?
5- S'il faut l'enseigner, comment s'y prendre ?
6- D'aucun prétendent qu'elle est mal formulée : pourquoi ? Et comment la formuler autrement ?
7- Les mêmes affirment qu'elle dépend, en fait, d'un phénomène grammatical qui seul, lui donne son sens...
Mais de quel phénomène s'agit-il ?
8- Visiblement, il nous manque des connaissances sur le fonctionnement de la langue... Pourquoi ?
9- Pourtant nous sommes chargés d'enseigner ce fonctionnement... Comment expliquer qu'on nous ait fourni une formation si pauvre, si lacunaire, là où elle devrait être hyper pointue ?

Vous avez des réponses à ces questions ? Nous sommes tous preneur...
Un bon petit "échauffement" pour une rentrée qui va exiger le plein d'énergie : comme on dit dans les milieux branchés, n'est-il pas ?